Οι Εισπνοές αποδίδονται στα Γαλλικά από τον Michel Volkovitch


Ένα ποίημα από το τελευταίο μου βιβλίο «Εισπνοές» μεταφρασμένο από τον Michel Volkovitch στα γαλλικά. Προσωπικά ευχαριστώ τον κ. Volkovitch για την εξαιρετική αυτή μετάφρασή του και το ΕΚΕΜΕΛ για την εκλογή του να με συμπεριλάβει στην ύλη του 2ου τεύχους του ηλεκτρονικού περιοδικού Απηλιώτης.

Το περιοδικό θα το βρείτε στην διεύθυνση: http://www.apiliotis.gr/ArticlesList.aspx?C=79&A=85

Αξίζει τον κόπο η επίσκεψή σας στις ιστοσελίδες του και στους ποιητές που μεταφράζει και παρουσιάζει. Στο τρέχον τεύχος θα διαβάστε μεταφρασμένα ποιήματα των: Δημήτρη Αγγελή, Κατερίνας Αγγελάκη-Ρουκ, Γιάννη Αντιόχου, Γιώργου Βέη, Ζέφης  Δαράκη, Μαρίας Κυρτζάκη, Γιώργου Μαρκόπουλου, Παντελή Μπουκάλα, Βασίλη Ρούβαλη, Νατάσας Χατζιδάκι και Γιώργου Χρονά

Yànnis Antiòkhou

[Traduit par Michel Volkovitch]

[…] Un soir, j’ai assis la Beauté sur mes genoux.
– Et je l’ai trouvée amère.
– Et je l’ai injuriée. […]

Elle est retrouvée!
Quoi? L’éternité.
C’est la mer mêlée
Au soleil…

Arthur Rimbaud, Une Saison en Enfer

…appelant leurs pauses : inspirations


VII

Ils avaient coutume jusqu’alors de se soumettre au temps
comptant d’abord
puis vieillissant
jusqu’au jour où deux fois plus grande leur image
prit de l’âge face au miroir oxydé
blanchissant les bords des sourcils
exagérant les failles autour des lèvres
où l’existence avait taillé soigneusement
le temps de la lubricité

PAUSE

Le soir ils avaient coutume
—l’un d’eux toujours avait coutume—
de se coucher dans un cercueil bleu
d’ébène sculpté
large comme un lit à trois places
et d’y dormir sur le dos
poussant de ses orteils
le repose-pieds de bois lourd
plaqué capitonné
plantant ses doigts
dans les coutures de la soie bleue
et ainsi,
un peu comme s’il poussait, creusant
il tirait au dehors
autrement
faisait renaître —pensait-il—
les rêves que faisait l’autre

PAUSE

L’autre avait coutume
étant plus âgé
de se pencher dans le cercueil
et de tomber sur lui
d’expirer tel un mort
en l’embrassant
pour honorer
pour confesser la foi particulière
qui le liait à lui

PAUSE

Tous deux avaient coutume
ou étaient accoutumés
—peu importe—
dans leur cauchemar
de s’entraîner morts
à labourer la nuit,
la nuit s’élevant profondément
et allumant deux lunes :
pudeur d’un côté
insolence de l’autre.

Jusqu’au jour
un an plus tôt,
où une histoire à lui fut écrite
tel un souffle asthmatique du monde
un peu comme une prophétie
que l’un appela : accord
mais dont l’autre
fut convaincu de surtitrer les strophes
appelant leurs pauses : inspirations

PAUSE

Et fut gravée…

PAUSE

Fut gravée…
une ligne de vie
une ligne d’âme
sur les mains blessées de celui
qui déracinait les rêves
ensanglantant le sommeil de l’autre
peignant en rouge comme si c’étaient des cœurs
des dragons du rêve aux ailes multicolores
et d’autres exotiques
oiseaux des eaux
ou peignant en noir comme
s’ils étaient morts
les poèmes avortés
et d’autres
bien d’autres
sentiments
humains

PAUSE

Et fut gravé…

PAUSE

Et fut gravé…
le célèbre monstre
sans chiffres ni lettres
rien que la trace d’une pointe
et des ecchymoses aux bouts
là où s’étaient profondément plantées
des aiguilles de héros

Avec du sang issu
de leur sang et de leurs exploits
dans leur cerveau des assemblages surnagèrent

Sans découvrir un sens
ils se virent en héros
ils se croyaient capables
de recopier même Dieu

Comme ils traînaient
des tas des tas
des tas de choses
plus nombreux étaient les malheurs
et les laideurs du monde
et tout ce que les enfants
et les innocents détestent

PAUSE

Et des toiles d’araignées construisent
une vie abandonnée
une maison hantée
…comme leur âge
…un âge moyen
—position durable—
qui étudiait les rameaux de leurs extrémités
palpitant se gonflant
au-dessus des radiateurs de leur appartement
autrement ce qu’il restait à trouer
—de main de maître—
qui était l’égorgement du cou
et semblait un sacrifice
tous deux sacrifiés
tous deux sacrificateurs

LONGUE PAUSE

INSPIRATION

(Snif… snif… snif…)

[Traduit par Michel Volkovitch]

Advertisements

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s